10 aptitudes à maîtriser pour un homme

10 aptitudes à maîtriser pour un homme

4 mars 2020 0 Par admin

Vous avez probablement commencé à ramper vers l’âge de neuf mois, et à marcher à un an. Vous avez probablement commencé à courir un an plus tard, et vous avez appris à sauter peu de temps après. Dans les mois et les années qui ont suivi, vous avez appris de nombreux autres mouvements physiques qui vous ont permis d’explorer votre monde, de jouer avec vos amis et de réussir vos cours d’éducation physique.

Maintenant que vous êtes un homme adulte, vous ne pensez probablement pas beaucoup aux différentes façons de bouger votre corps (à moins que ce ne soit pour noter combien certaines d’entre elles sont plus douloureuses de nos jours). Après tout, vous faites des choses aussi simples que courir et sauter depuis des décennies maintenant, et elles vous semblent complètement instinctives. Vous n’avez plus besoin de penser à des mouvements physiques de base.

C’est du moins la ligne de pensée commune. Mais c’est une perspective erronée et préjudiciable.

Ce que nous considérons comme “fondamental” se révèle avoir des couches de complexité que nous n’avons tout simplement pas encore découvertes.

Et même si nous ne les considérons pas comme telles, les mouvements physiques sont des compétences et, comme toutes les compétences, ils doivent être délibérément, régulièrement et continuellement pratiqués et mis au défi afin de rester en forme pour le combat et d’être vraiment maîtrisés.

Que signifie d’être vraiment sportif

S’il est vrai que de nombreux mouvements physiques sont instinctifs, et que la plupart des hommes peuvent les faire efficacement, le simple fait de pouvoir faire un travail n’est pas la même chose que de bien le faire ; avoir une aptitude pour quelque chose n’est pas la même chose que d’être compétent dans ce domaine.

Je peux tailler le bout d’un bâton en une pointe acérée, mais cette aptitude à la sculpture ne fait pas de moi un maître menuisier.

De même, il est possible d’être à la fois en forme et efficace physiquement, sans être physiquement compétent et efficace. C’est-à-dire que vous pouvez posséder la capacité d’exécuter certains mouvements suffisamment bien pour vous en sortir, sans avoir affiné votre technique ; vous pouvez être en bonne condition physique et avoir de la force et de l’endurance à la pelle, sans être capable de vous déplacer de manière à améliorer la fluidité, à conserver l’énergie et à minimiser les blessures.

Il est également possible d’atteindre une forme physique fonctionnelle sans pour autant atteindre une forme physique adaptable.

Des programmes comme le CrossFit ont mis en avant la première catégorie et ont encouragé les gens à faire des exercices qui ne se limitent pas à l’utilisation de machines et d’haltères. Mais même ces entraînements “fonctionnels” sont relativement limités et d’une portée restreinte. Ils ne répondent pas entièrement aux exigences environnementales et situationnelles auxquelles on est confronté dehors.

Vous pouvez faire un tas de sauts de boîte à pliage dans le gymnase, mais combien d’atterrissages pourriez-vous faire dans la nature, où les rochers et les rebords n’ont pas une forme, une hauteur ou une surface uniforme ? Vous pouvez faire une douzaine de tractions sur une barre, mais seriez-vous capable de vous tracter même une seule fois sur une branche d’arbre ?

Vous pouvez transporter un sac de sable d’avant en arrière sur un parking, mais seriez-vous capable de porter une autre personne en haut d’une colline, et par-dessus des obstacles et des débris ? Vous pouvez soulever une barre d’haltère, mais pouvez-vous soulever et porter sur vos épaules une bûche épaisse, rugueuse et inégale ? Vous pouvez courir un kilomètre sur un tapis roulant dans un environnement climatisé, mais pouvez-vous courir dans le vent et la pluie – dans une chaleur étouffante et un froid glacial ?

L’objectif de la physicalité d’un homme devrait éviter l’étroitesse au profit d’une expansion qui intègre toutes ces qualités : efficacité et rendement, forme physique et compétence, fonctionnalité et adaptabilité.

Un homme devrait être capable non seulement d’exécuter une large gamme de mouvements, mais de le faire avec la meilleure technique possible ; il devrait être capable d’exécuter non seulement une grande quantité de mouvements, mais aussi une grande qualité de ceux-ci.

Il doit être capable non seulement de bouger, mais aussi de se déplacer avec finesse. Et il doit être capable d’exécuter de tels mouvements non seulement dans un gymnase, mais aussi sur des terrains, dans des environnements et dans des conditions météorologiques variés, sur une grande variété de surfaces, de hauteurs et de distances.

Pour maîtriser tous ces domaines, il faut être physiquement bien équilibré, ou comme le dit le système MovNat (“mouvement naturel”), dont découle la philosophie ci-dessus : l’objectif devrait être d’acquérir “une compétence physique pour une performance pratique”.

La pratique de la physicalité

Les mouvements physiques sont des compétences et, comme toutes les compétences, ils nécessitent de la pratique pour être maîtrisés. Vous êtes peut-être né avec une aptitude naturelle pour certains mouvements, mais ce potentiel doit alors être intentionnellement affiné et aiguisé. Le corps d’un homme est à la fois un outil et un maître ; avec le bon niveau de discipline, de connaissances et de pratique, il peut être utilisé de manière extraordinaire, voire inspirante.

La pratique des compétences physiques est comme la pratique de toute autre compétence, en ce sens que vous devez d’abord maîtriser les bases mêmes, et à partir de là, vous efforcer d’augmenter régulièrement le niveau de difficulté que vous pouvez gérer. Pour cela, il faut travailler dans les domaines suivants :

  • La technique : La technique consiste à utiliser consciemment la meilleure position du corps, la meilleure forme, la meilleure tension, la meilleure respiration, etc. pour exécuter un mouvement efficacement – de manière à dépenser moins d’énergie, à augmenter la vitesse, l’endurance et la capacité de force, et à prévenir les blessures.
  • Variations : Les aptitudes physiques comportent de nombreuses variations qui font appel à des techniques variées ; par exemple, vous pouvez sauter à la verticale ou à l’horizontale, vous pouvez ramper le ventre sur le sol ou sur les mains et les genoux. Plus vous maîtrisez de variations, plus vous devenez habile dans ce mouvement.
  • Volume et intensité : C’est une chose d’être capable d’exécuter une compétence physique pour un seul représentant, ou à une courte distance. Mais une véritable compétence physique implique de posséder la capacité d’aller court ou long, facile ou difficile, léger ou lourd.
  • Exigences environnementales/situationnelles : La complexité croissante de l’environnement dans lequel vous exercez vos aptitudes physiques – entraînement sur différentes surfaces, à différentes hauteurs et même dans différents états mentaux – rend l’exécution d’un mouvement physique plus difficile et l’aptitude que vous acquérez dans ce domaine plus adaptable.

Maintenant que vous savez que les aptitudes physiques doivent être pratiquées, et comment elles le sont, la question suivante est bien sûr de savoir quel ensemble d’aptitudes vous devez pratiquer.

Les 10 aptitudes physiques que tout homme devrait maîtriser

Bien que le corps humain puisse se mouvoir de nombreuses façons, il existe sans doute dix compétences qui constituent les bases mêmes de la compétence physique : se tenir en équilibre, courir, ramper, sauter, grimper, traverser, soulever, porter, lancer et attraper. Ces compétences forment l’épine dorsale du système MovNat, et sont également très similaires aux “compétences physiques militaires” essentielles définies dans le manuel de préparation physique au combat des Marines – des mouvements dont “l’exécution rapide et habile” peut “faire la différence entre le succès et l’échec sur le champ de bataille”. Ce sont les compétences qui vous permettront de mener à bien les tâches quotidiennes, de vous sauver et de sauver les autres en cas d’urgence, et de naviguer dans votre environnement avec confiance, voire avec joie.

LIRE AUSSI  Comment commencer à courir

Nous vous proposons ci-dessous une brève introduction aux 10 aptitudes physiques que tout homme devrait maîtriser, avec des descriptions et des illustrations basées sur le manuel (incroyablement instructif) de certification MovNat de niveau I. L’article est conçu pour donner un large aperçu de chaque compétence, couvrant ses applications pratiques, certaines de ses variations possibles, et les moyens de vous mettre au défi et de vous élever dans ce domaine.

Les illustrations montrent les bases mêmes de ces mouvements, ainsi que certaines de leurs variations. Il n’y a pas de place dans cet article pour montrer toutes les variations de chaque compétence, ni pour offrir des instructions étape par étape sur la technique ; le texte n’est d’ailleurs pas la meilleure façon d’apprendre la technique physique. Dans de nombreux cas, j’ai fait référence à de très brèves démonstrations de ces compétences par le fondateur de MovNat, Erwan LeCorre. Mais pour vraiment développer votre technique, je vous recommande de vous faire coacher en personne en participant à un atelier ou à une certification MovNat (vous pouvez lire mon compte-rendu ici).

(Je n’ai aucune affiliation financière avec MovNat – je ne fais que creuser leur philosophie et leur approche de la physicalité ; ils sont les maîtres de la maîtrise des compétences physiques).

L’Équilibre

Même lorsque vous vous tenez debout, vous contrer et gérer les forces de gravité, et donc vous équilibrer. Il en va de même pour chaque mouvement que vous faites. L’équilibre, en tant que compétence, implique toutefois un contexte plus difficile, lorsqu’une surface sur laquelle vous naviguez est plus instable, plus glissante et, le plus souvent, plus étroite que celles que vous rencontrez habituellement, par exemple lorsque vous traversez un rondin ou une rampe.

Comme l’équilibre est souvent engagé plus lentement, et qu’il n’est donc pas aussi éprouvant ni renforçant pour les systèmes anaérobie ou aérobie que d’autres exercices, il est souvent négligé en tant qu’aptitude physique importante. Mais ce n’est pas seulement un élément central de tout mouvement, il améliore aussi la stabilité des articulations et la concentration ; la concentration nécessaire pour maintenir l’équilibre reconnecte le mental et le physique. De plus, c’est une compétence qui est certainement utile lorsque la seule façon de traverser une rivière, un gouffre ou un autre obstacle est de passer par un faisceau étroit.

L’équilibre est une compétence facile à pratiquer en petits groupes tout au long de la journée ; j’ai d’ailleurs un 2X4 dans mon salon juste pour cela.

Comment s’entrainer :

  • Pratiquer l’équilibre de base avec une bonne technique
  • Se déplacer en arrière et de côté sur une planche/poutre
  • Pivoter dessus pour changer de direction
  • S’entraîner à se tenir debout sur un pied sur la poutre
  • S’accroupir sur la poutre et se lever sans perdre l’équilibre
  • Faites un accroupissement sur la poutre et changez de direction
  • Gardez l’équilibre tout en gardant une position statique (debout sur deux pieds, un pied, accroupi, etc.)
  • Se déplacer rapidement en travers de la poutre (sans sacrifier la technique)
  • Croiser une poutre tout en portant un poids comme un sac de sable
  • Des poutres transversales de hauteurs variées
  • Des poutres transversales plus étroites, plus glissantes, plus instables
  • Attraper ou lancer quelque chose en traversant la poutre
  • Effectuez l’une des activités ci-dessus juste après une période d’activité ou d’exercice intense, lorsque votre rythme cardiaque est élevé

Courir

La course, avec la marche, constitue la forme de locomotion humaine la plus élémentaire. Elle constitue également ce qui est sans doute la meilleure forme d’exercice aérobique et anaérobique pour tout le corps. Le conditionnement qui découle de la course à pied constitue une base nécessaire à la performance dans de nombreuses activités récréatives, ainsi que dans les sports d’équipe, individuels et de combat. Et que vous couriez dans une situation d’urgence pour apporter de l’aide ou que vous vous éloigniez pour appeler à l’aide, la course est la clé pour survivre et prospérer dans les scénarios de crise.

Malheureusement, la course à pied s’accompagne aussi d’un taux élevé de blessures. Bien que MovNat encourage la course avec un coup de pied avant ou moyen, et même une progression vers la course pieds nus comme moyen de réduire ce risque, je ne suis personnellement pas optimiste sur la capacité des gens à changer significativement leur forme de course, ni convaincu que le coup de pied avant est nécessairement le meilleur pour tout le monde. La frappe du talon est trop diabolisée de nos jours, et ne consomme même pas plus d’énergie qu’on ne le pense généralement.

Certes, il est possible d’améliorer sa forme (y compris la cadence, la longueur des foulées et la posture), mais je crois que la meilleure façon de prévenir les blessures est simplement de courir moins et de s’entraîner davantage (MovNat encourage également cette approche). Tous les autres exercices énumérés ici, du saut à l’équilibre en passant par le levage, amélioreront votre force et votre agilité générales et vous aideront à éviter les blessures lors de votre course. Courir sur des surfaces variées, au lieu de courir exclusivement sur le trottoir et/ou sur des tapis roulants, vous aidera aussi beaucoup.

Courez aussi efficacement que possible.

Comment s’entrainer :

  • S’entraîner à courir avec une bonne technique
  • Varier la vitesse, la distance et la durée
  • Courir sur des surfaces variées – dans les bois, sur le sable, etc.
  • Entraînez-vous à esquiver les obstacles et à changer rapidement de direction lorsque vous courez

Ramper

Ramper est probablement le premier mouvement fondamental que vous avez développé lorsque vous étiez bébé. Pourtant, à l’âge adulte, c’est probablement le plus négligé, peut-être parce qu’il semble trop “fondamental” pour exiger une pratique à l’âge adulte. Mais ce n’est certainement pas le cas.

Pour les bébés, le fait de ramper est une excellente étape de l’apprentissage de la motricité à venir, car il engage tout le corps et nécessite une coordination entre les bras et les jambes. Cette fonction est encore très utile aux adultes. Pour ramper, il faut effectuer des mouvements controlatéraux (par exemple, avancer le bras droit et la jambe gauche en même temps) – ce qui est plus difficile à faire au début que vous ne le pensez ! Il encourage la prise de conscience de la position de votre corps, renforce tous vos membres et surtout votre tronc, améliore votre souplesse et votre agilité et, lorsqu’il est pratiqué sur une distance importante, il constitue également un excellent exercice de conditionnement. En raison de ses bienfaits sur l’ensemble du corps, Aaron Baulch, un instructeur de MovNat ici à Tulsa, appelle à juste titre le rampage “armure corporelle”.

Le rampage est également éminemment fonctionnel. Elle permet de se faufiler sous des obstacles bas, de continuer à se déplacer en présence de dangers (par exemple, les balles), de ramper tranquillement, de traquer les animaux et les humains, et de monter/descendre des surfaces raides et glissantes tout en gardant son équilibre.

La marche à quatre pattes peut être effectuée avec différentes combinaisons de mains, de genoux, de pieds et même avec le dos en contact avec le sol, selon la hauteur à laquelle vous voulez vous placer, la vitesse à laquelle vous devez vous déplacer et la nécessité de porter des équipements pendant la marche à quatre pattes.

LIRE AUSSI  Comment s'entraîner pour vos premier 5 km

Le Foot-Hand Crawl est un crawl rapide qui permet de monter une pente glissante et d’effectuer des transitions rapides vers la position debout ou d’autres mouvements sur le sol. Le Push-Pull Crawl est plus lent, mais il vous aide à descendre et à vous rapprocher du sol. Le Shoulder Crawl est plus lent que le Push-Pull, mais il utilise moins d’énergie et vous permet de mieux voir ce qui se passe autour de vous, ainsi que de porter quelque chose lorsque vous rampez.

Comment s’entrainer :

  • Ramper avec les mains, les genoux et les pieds en contact avec le sol (“Knee Hand Crawl”)
  • Ramper avec les mains et les pieds en contact avec le sol, mais les genoux surélevés (“Foot/Hand Crawl”)
  • Rampez avec vos avant-bras et vos jambes en contact avec le sol (“Push-Pull Crawl”)
  • Rampez le dos au sol, en utilisant vos pieds et vos épaules (“Shoulder Crawl”)
  • Ramper le dos au sol en tenant quelque chose sur le ventre/la poitrine
  • Pratiquer le rampage sous des obstacles très bas
  • Ramper sur un rayon étroit
  • Crabe (inversé) crawl
  • Ramper en montée et en descente
  • Ramper sur de longues distances
  • Variez les surfaces sur lesquelles vous rampez

Sauter

Il y a une raison pour laquelle nous associons le saut à la joie ; c’est un mouvement très libérateur qui vous permet d’échapper momentanément aux forces de la gravité. Mais c’est aussi un mouvement très fonctionnel : que vous sautiez à travers un ruisseau, par-dessus un obstacle sur votre chemin, en bas d’une corniche, ou en haut pour attraper un fruit sur un arbre, sauter vous permet d’explorer avec confiance des environnements complexes et difficiles.

C’est un mouvement qui a également un grand impact sur votre physiologie, en augmentant la capacité de travail et la puissance de votre corps. C’est pourquoi c’est un élément de base de l’entraînement athlétique, en particulier pour ceux qui pratiquent des sports de haute intensité.

L’habileté à sauter comporte deux parties : quitter le sol et atterrir. La seconde est encore plus importante que la première ; vous devez savoir comment atterrir de manière à absorber et à disperser les forces d’impact, à la fois pour minimiser l’impact de ces forces sur votre corps et pour maintenir votre équilibre lorsque vous touchez le sol. Pour cette raison, il est préférable d’apprendre la technique d’atterrissage avant de commencer à travailler sur la technique de saut proprement dite.

Comment s’entrainer :

  • Pratiquez le “saut en profondeur” pour travailler votre technique d’atterrissage ; montez sur une boîte/obstacle bas et “sautez” vers le bas (vous n’avez pas besoin de faire beaucoup de vrais sauts ; penchez-vous simplement sur le bord et laissez la gravité s’occuper du reste)
  • Pratiquez le saut en largeur pour la distance ; vous pouvez utiliser deux plaques de poids à cette fin – sautez de l’une et atterrissez sur l’autre, en variant la distance entre les plaques
  • Pratiquez le saut vertical en fonction de la hauteur ; variez la hauteur de vos sauts
  • S’entraîner à sauter avec une jambe
  • Variez la texture, l’uniformité et la stabilité des surfaces sur lesquelles vous sautez et à partir desquelles vous sautez : partez de l’herbe et sautez sur un rocher ; sautez d’un rocher à l’autre ; sautez entre des rochers mouillés et glissants, etc.
  • Variez la superficie des surfaces sur lesquelles vous sautez – essayez de “sauter avec précision” sur et/ou à partir de zones étroites ; par exemple, sautez d’un 2X4 à un autre ou d’une rampe à une autre

Escalader

L’escalade est une activité particulièrement satisfaisante et joyeuse. C’est peut-être dû à la façon dont elle fait appel à vos quatre membres, ou à l’excitation de quitter la terre et de prendre de la hauteur, ou encore au défi de gérer votre poids et de combattre les forces de la gravité. Une partie de l’intérêt qu’elle suscite est certainement due au fait qu’il y a tant de choses différentes à escalader – parois rocheuses, tuyaux, clôtures, murs, filets de chargement, échelles – chacune offrant un nouveau défi et un obstacle très tangible à surmonter. Quelle que soit la manière dont vous la découpez, l’escalade est une merveilleuse exploration, et vous donne même temporairement l’impression d’être une créature différente.

Le plaisir de l’escalade s’accompagne de sérieux avantages physiques : elle fait travailler tout votre corps, améliorant votre force, votre capacité de travail et votre agilité.

Une bonne technique d’escalade est importante tant du point de vue de la sécurité que de la conservation de l’énergie, et s’étend à des choses auxquelles vous ne pensez probablement même pas, comme la pendaison. Il existe sans aucun doute une meilleure façon de se suspendre, et c’est une compétence importante non seulement pour l’escalade mais aussi pour la traversée.

Comment s’entrainer :

  • Pendez vous à une barre ou au bord d’un mur aussi longtemps que vous le pouvez
  • Effectuez une ascension/musculature où vous vous accrochez au sommet d’un mur et vous poussez ensuite vers le haut et par-dessus
  • Exercer un muscle vers le haut sur une barre ou une branche d’arbre
  • Tenez la structure/mur que vous escaladez d’une seule main ; points bonus pour l’exécution d’une autre tâche avec votre main libre
  • Variez la hauteur des structures que vous montez
  • Variez les surfaces/textures/matériaux/construction des structures que vous escaladez (rocher, cordes, filets, murs, arbres, tuyaux, etc.)

Traverser une corde

La traversée est essentiellement une montée horizontale. Alors qu’enfant, vous vous balanciez facilement sur les barres de singe en raison de votre rapport force/poids idéal, la traversée est beaucoup plus difficile quand on est un adulte qui doit se déplacer beaucoup plus haut et avec plus de poids. Ce défi accru s’étend au fait que vous devriez être capable de traverser plus de structures que les barres de singe, car, soyons réalistes, les échelles horizontales n’abondent pas dans les paysages sauvages ou urbains. Vous aurez plus de chances de vous retrouver à traverser un tuyau posé entre des bâtiments ou une corde tendue au-dessus d’une rivière.
homme traversant un cours d’eau illustration des méthodes d’alimentation et de crochet

Le Power Traverse est rapide et explosif, mais comme il n’utilise que les mains, il dépense plus d’énergie et fatigue le haut du corps. Le Hook Traverse, qui utilise à la fois les mains et les jambes, est plus lent, mais il conserve l’énergie et donne une prise plus forte et plus sûre de la surface.

Comment s’entrainer :

  • Traversez une échelle horizontale avec un “balancement en avant” – votre corps est tourné vers l’avant et se balance d’avant en arrière
  • Traversez une échelle horizontale ou une poutre/tuyau/corde simple avec une “balançoire latérale” – votre corps parallèle aux garde-corps latéraux de l’échelle, les deux mains
  • saisissant la même rampe et se balançant d’un côté à l’autre
  • Traverser une structure avec un “Power Traverse” frontal ou latéral, en se déplaçant main dans la main
  • Traversez une structure avec le “Hook Traverse”
  • Variez la largeur et la texture de la structure que vous traversez
  • Variez la hauteur et/ou la longueur de la structure que vous traversez
  • Traversez avec un poids supplémentaire (comme si vous portiez un sac à dos)

Soulever

Il y a de nombreuses raisons pour qu’un homme soit fort, la moindre n’étant pas le fait que la force est le fondement de la forme physique. Elle vous permet d’effectuer tous les autres mouvements de manière plus robuste et plus polyvalente, avec moins de risques de blessures. Alors que toutes les aptitudes physiques développent la force à des degrés divers, le levage le fait de la manière la plus ciblée.

LIRE AUSSI  4 exercices que tout le monde peut faire

Ce qui est moins apprécié à propos de la force, cependant, c’est que l’équation fonctionne aussi dans l’autre sens : la capacité à se déplacer augmente la force. Plus vous êtes souple et agile – et ces qualités ne sont pas seulement le fruit d’un étirement réel, ni même d’un étirement plus efficace, mais aussi de la pratique d’un éventail de compétences physiques le plus large possible – plus il vous sera facile de vous mettre dans les bonnes positions pour soulever des objets. Car soulever n’est certainement pas seulement une question de force et d’effort, mais aussi de technique. La technique – et cela concerne des choses comme la posture, la tension et la respiration – permet de conserver l’énergie, ce qui vous permet de soulever plus de choses et d’éviter les blessures.

La force acquise en soulevant des objets ne se traduit pas seulement par une utilisation directe – par exemple, soulever des débris tombés sur quelqu’un – mais aussi par la préparation d’un autre mouvement – par exemple, soulever un sac de paillis, que vous transportez ensuite dans le jardin. Dans un cas comme dans l’autre, il est avantageux que votre capacité de levage soit étendue non seulement en termes de force pure (le nombre de livres que vous pouvez soulever), mais aussi en termes de polyvalence. Vous pouvez être très habile à soulever une barre lorsque vous vous tenez debout sur un tapis en caoutchouc, mais vous devez également être capable de soulever des objets rugueux et de forme étrange – des rochers, des rondins et même des personnes – lorsque vous vous tenez debout sur de la terre, du sable et d’autres sols inégaux.

Comment s’entrainer :

  • Pratiquer le levage avec une bonne technique
  • Soulever des objets de différentes formes, textures, tailles et poids (y compris des personnes)
  • Variez la surface du sol sur lequel vous vous tenez lorsque vous soulevez

Porter

Si le lifting est la star en matière d’attention et de gloire dans le monde du fitness moderne, la capacité à porter les objets que l’on soulève est tout aussi importante, et même plus pratique. Que vous souleviez du ciment, des sacs de sable ou des sacs d’épicerie sur le sol, votre enfant hors de son lit ou votre camarade sur le champ de bataille, vous ne les soulevez généralement pas et vous ne restez pas en position statique – vous les transportez là où vous en avez besoin.

Porter fait appel à un type de force que la plupart d’entre nous ne pratiquons pas beaucoup, que ce soit au gymnase ou dans notre vie quotidienne. L’entraînement de cette capacité doit donc être intentionnel, et la technique adéquate pour tenir et saisir une charge doit être étudiée et apprise.

Comment s’entrainer :

  • Pratiquer diverses techniques de portage – taille, épaule, poitrine
  • S’entraîner à faire passer une charge (comme une bûche) d’une épaule à l’autre
  • S’entraîner à s’accroupir avec une charge sur l’épaule
  • Pratiquer les différentes poignées de transport
  • Pratiquer le transport d’objets dont la planéité, la texture, la taille et le poids varient (y compris les personnes)
  • Variez la surface sur laquelle vous marchez/courrez/marchez en portant l’objet
  • Porter un objet en chevauchant ou en rampant sous une haie/un obstacle
  • Transporter des objets sur de longues distances

Lancer et attraper

Lancer et attraper sont deux aptitudes physiques distinctes, mais je les ai combinées ici parce qu’elles vont généralement de pair : bien qu’il vous arrive de jeter des objets de côté pour les écarter de votre chemin, vous lancez le plus souvent un objet à quelqu’un qui l’attrapera, et vous n’attrapez pas quelque chose qui n’a pas été lancé ! De même, de nombreux mouvements utilisés pour lancer et attraper sont essentiellement des images miroir l’un de l’autre.

Le lancer et l’attraper constituent une part importante de nombreux sports organisés, mais ils ont aussi de nombreuses utilisations pratiques et même de survie. Les agriculteurs lancent des balles de foin ; les soldats lancent leur équipement par-dessus un mur ou les uns vers les autres. En cas d’inondation, vous lanceriez et attraperiez des sacs de sable sur la ligne pour construire une barricade ; si vous êtes perdu dans les bois, la capacité de lancer une lance avec précision pourrait vous empêcher de mourir de faim.

La nature dynamique et coopérative du lancer et de l’attrapage, ainsi que le besoin de concentration et de réactivité, en font l’une des compétences physiques les plus agréables à pratiquer et à exécuter. En même temps, la pratique de l’ensemble de ses compétences de lancer et d’attraper renforce le tronc et est très bénéfique pour améliorer la mobilité de la section médiane, des hanches et du dos – une mobilité qui s’avère utile pour de nombreux autres mouvements, y compris pour donner un coup de poing.

Le lancer pivotant entre en jeu pour lancer des objets qui se trouvent sur votre chemin, ou pour lancer des objets à quelqu’un d’autre qui les lancera ensuite sur le côté ; le receveur peut attraper en douceur des objets lancés bas, sans qu’ils entrent en contact avec son corps. Cependant, ce n’est pas une bonne façon de lancer/attraper des objets plus lourds. Le lancer de poitrine peut être effectué pendant que vous vous déplacez et est un lancer précis pour atteindre, sur ou au-dessus de quelque chose, tandis que la réception vous permet de manipuler un objet qui vient directement vers vous ou qui vient d’en haut.

Comment s’entrainer :

  • Pratiquer les techniques de balancement avant et de lancer/attraper la poitrine
  • Lancer/attraper des objets dont la régularité, la texture, la taille et le poids varient
  • Varier la distance entre le lanceur et le receveur
  • Lancer/attraper à genoux
  • Jeter des objets par-dessus un grand obstacle
  • Variez la distance qui sépare l’objet de votre corps lorsque vous le lancez ou l’attrapez
  • Variez le côté de votre corps que vous lancez/attrapez

Aller au-delà des fondements physiques

Si les dix compétences ci-dessus représentent le cœur de l’ensemble des compétences physiques d’un homme, elles ne représentent guère sa limite. Une fois que vous avez maîtrisé le niveau de base de ces mouvements “de base”, et que vous avez ajouté des variations de technique et de complexité, vous pouvez travailler d’autres compétences comme le saut et les combats (frappe, lutte). Et bien sûr, vous ne voudrez pas seulement être physiquement compétent sur terre, mais devenir un animal amphibie qui peut habilement nager, plonger et explorer les eaux.

Au fur et à mesure que vous augmenterez l’étendue et la profondeur de vos compétences physiques, vous vous sentirez de plus en plus capable de naviguer dans votre environnement de manière parfois pratique, et parfois simplement ludique, joyeuse et créative. Vous aurez l’assurance de vous sentir capable d’être admirablement performant en cas d’urgence, tout en profitant de la satisfaction quotidienne qui découle de la maîtrise de l’utilisation habile de votre plus grand don – votre corps.

Tout homme devrait savoir se mouvoir naturellement et, paradoxalement, l’acquisition de cette capacité exige beaucoup de pratique.